CHÂTEAU HAUT-BAILLY

2013 • Cru clas.

rouge tranquille 30 à 50 €
Vin très réussi
Le vigneron
Créé en 1630 par un financier parisien, Firmin Le Bailly, ce cru situé aux portes de Bordeaux acquiert sa notoriété au XIXes. sous l'impulsion d'Alcide Bellot des Minières. Un prestige renforcé à partir de 1955 par la famille Sanders et, depuis 1998, par le banquier américain Robert G. Wilmers, qui a maintenu Véronique Sanders aux commandes. Le vignoble, intégralement voué aux cépages rouges, couvre 33 ha d'un seul tenant.

L'avis du Guide Hachette des Vins

Pas plus épargné que les autres crus dans ce calamiteux millésime 2013, Haut-Bailly a dû effectuer un tri sévère à la vendange pour ne conserver que les baies mûres et concentrées. Petits rendements (20 hl/ha), vinification en douceur et une belle qualité dans le verre. Né d'un assemblage de 64 % de cabernet-sauvignon, 34 % de merlot et 2 % de cabernet franc, le grand vin se présente dans une jolie robe rubis et dévoile un bouquet frais de fruits noirs légèrement épicés et fumés. Une fraîcheur qui signe le millésime et que l'on retrouve dans un palais aérien, vif et souple en attaque, plus serré et sérieux dans son développement, autour de tanins fins et élégants. L'ensemble reste plus léger qu'à l'accoutumée, millésime oblige, mais harmonieux et d'une belle profondeur.

Détail du vin Château haut-bailly

Garde :

-

Production :

0 bouteilles

élevage :

12 à 16 mois

température :

17 à 18 °C

Producteur :

la Fiche du producteur

Appellation :

Pessac-léognan

la Fiche appellation

Les vins du même vigneron

Quel plat avec ce vin ?

 COMMENTAIRE

Format de la date invalide JJ/MM/AAAA.

Le Guide Premium

Le Guide Premium

Vous possédez la version PREMIUM du Guide ?

La boutique

Acheter les vins du guide

les vins du guide

Sélection 2020

Accéder à la boutique

La communauté

Suivez-nous pour recevoir l’actualité du vin et rester informé de tous nos bons plans.

un mot du vin

Réduction

Évolution d’un vin en bouteille, à l’abri de l’air. Elle permet l’apparition d’arômes plus éloignés du fruité originel, dits arômes tertiaires (venaison, truffe, sous-bois...).