Nouveau !  Vous nous consultez pour trouver le bon vin - bientôt vous pourrez acheter les vins du Guide Hachette directement auprès du producteur

Rencontre avec Jean-Charles Girard-Madoux, vigneron de Savoie

Publié le 24-02-2016
L'histoire est belle. Par un heureux hasard, Jean-Charles Girard-Madoux a repris les vignes que son arrière-grand-père a cultivées tant de millésimes avant lui. Un vignoble pourtant vendu en 1976. Son retour dans le giron familial semble très bien lui convenir ! Le coup d'essai du jeune vigneron est un coup de maître : un coup de cœur, tout simplement.

 

Le gène de la vigne

Le domaine Girard-Madoux a longtemps prospéré sur les coteaux du village de Chignin, au sud-est de Chambéry. Jusqu'à ce que le grand-père, puis le père, de Jean-Charles Girard-Madoux se sentent une vocation d'avocats. Mais il semble bien qu'on ne se débarrasse pas si facilement du gène de la vigne !

« Je faisais des études de biologie et c'est lors de vendanges dans le Beaujolais que j'ai pris goût à la vigne», se souvient Jean-Charles. Il décide donc de passer un BTS viti-oeno au lycée viticole de Beaune. Il fait ses gammes au domaine Patrice Rion à Nuits-Saint-Georges. « J'aime travailler dehors, dans la vigne. J'aime aussi le commerce. En fait, c'est un métier très complet où il est possible de tout maîtriser de A à Z. C'est vraiment ce qui m'a attiré ».
En 2006, le vigneron auquel son grand-père avait vendu les vignes souhaite stopper son activité… Un abandon qui tombe à pic pour Jean-Charles, qui a maintenant son diplôme et une belle expérience en poche. Il débute avec 2,5 ha avant de s'agrandir. L’exploitation compte 6,5 ha aujourd'hui.

Le Guide Hachette des Vins a attribué 2 étoiles et un coup de coeur au vin de Jean-Charles Girard-Madoux

Voir le vin

 

Du pinot noir à la mondeuse

« Mes vignes sont situées sur des coteaux dont les pentes varient entre 30 et 60 %. La mécanisation est donc impossible. Les vendanges se font en caisse ». Il porte un soin particulier à ce très ancien cépage rouge qui fait aujourd’hui la réputation des vins savoyards : la mondeuse. « C'est un cépage assez rustique, il mûrit au mois d'octobre et il ne faut laisser que quatre ou cinq grappes par pied », expose Jean-Charles. Il aime particulièrement vinifier les rouges – un héritage de son expérience en Côte de Nuits. Les mondeuses fermentent en grappes entières, versées directement de la caisse à la cuve. La trituration est minimale et le respect du fruit maximal. Pour les blancs, Jean-Charles Girard-Madoux arrache les plants de jacquère pour les remplacer par de la marsanne et de la roussanne, plus qualitatives.

 

Restauration éphémère 

Autre particularité du domaine, il propose une activité de « restauration éphémère ». Des repas pris dans les vignes, l'été, ou dans le caveau, l'hiver. Devant un magnifique panorama sur les massifs des Bauges et de la Chartreuse, on prend  l’apéritif, avant un repas de grillades au feu de bois et des fromages affinés... Des moments privilégiés pour apprécier les vins du domaine.

COMMENTAIRE
Le Guide Hachette des Rosés 2016-17 est en ligne

ventes privées de vins

du GUIDE HACHETTE DES VINS

Côtes-de-Gascogne en fête : le nouveau visage des vins moelleux
NEWSLETTER
RECEVOIR :
les meilleurs vins du moment, les bons plans Hachette Vins et l'actualité du vin...
Un mot du vin
Un mot du vin
LE CLUB DES AMATEURS DE VINS
Action de couper le bout des rameaux de vigne en fin de végétation.