Nouveau !  Vous nous consultez pour trouver le bon vin - bientôt vous pourrez acheter les vins du Guide Hachette directement auprès du producteur

La renaissance du vin de Chambord

Publié le 01-10-2015
Pour son 500e anniversaire, le château de Chambord servira du vin de son vignoble, restauré pour l’occasion. Une raison de plus d’aller (re)découvrir, à moins de 2 heures de Paris, ce chef-d’œuvre de la Renaissance, en Sologne viticole.

Un vignoble historique à Chambord 

En 2003, une plantation de 1850 pieds de cabernet franc et de merlot dans le parc de Versailles avait fait grand bruit. La suite de l’aventure fut plus discrète : les vins n’eurent rien de solaire. Le palais n’avait d’ailleurs jamais eu de vignoble. A une demi-heure de Paris, Versailles « aspire » aujourd’hui, avec ou sans vigne, 7 millions et demi de visiteurs par an. Surgi en 1519 de la forêt de Sologne, à la gloire de François 1er, le château de Chambord, le plus visité des châteaux de la Loire avec celui de Chenonceaux, « pèse » environ dix fois moins. Avec son architecture unique, son plan d’eau et son parc forestier de 5 440 ha clos de 32 km de murs,  ce chef d’œuvre de la Renaissance n’a pourtant rien à lui envier. Et il a possédé, lui, un domaine viticole, installé sur un vrai terroir.

Pour le 500e anniversaire du château

L’établissement public gestionnaire du domaine a commencé à replanter le vignoble en 2015. Un clos qui comptera 12 hectares. Les premières bouteilles seront débouchées en 2019, pour le 500e anniversaire du château de Chambord. Voué aux chasses présidentielles, le parc devrait attirer un grand public de randonneurs gourmets à la ferme de l’Ormetrou, qui sera restaurée pour l’occasion. Les bâtiments seront transformés en gîte et, dit-on, en auberge de jeunesse, avec vue sur le château. La vigne est cultivée en bio, selon les souhaits des pouvoirs publics.

Le Domaine Marionnet, maître d’œuvre à Chambord

Installé en 1968 tout près de là sur le domaine familial, Henri Marionnet a étendu la propriété tout en donnant une réelle notoriété à ses vins d’AOC Touraine. Son fils Jean-Sébastien, qui a pris le relais en 2000, exploite aujourd’hui 62 hectares.  Ces vignerons tirent leur renommée de leur prédilection pour les vieilles vignes. Ils se flattent de cultiver les plus anciennes de France : des plants non greffés de gamay et du cépage local romorantin, peut-être planté sous l’Empire, échappés miraculeusement au phylloxéra. Les Marionnet ont été aussi des précurseurs (dès 1990) en matière de vinifications sans soufre – lesquelles seront également mises en œuvre à Chambord.

Des vins rouges et des vins blancs 

Le vignoble de Chambord se partagera entre les cépages pinot noir, pour les vins rouges et romorantin, pour les vins blancs.

Le pinot noir, sous le nom d’Auvernat, avait jusqu’au XVIe siècle fait la renommée des vignobles de Loire, entre Orléans et Blois : ses vins avaient la faveur des cours de France et d’Angleterre.

Le romorantin, importé de Beaune par la volonté de François 1er, tire son nom de la ville solognote où il fut d’abord acclimaté. Cépage confidentiel, il n’a pas dépassé les limites du Loir-et-Cher. Il donne un vin blanc à la fois vif et délicat, au cœur de l’AOC cour-cheverny.

Le vin de Chambord tirera cependant sa notoriété du seul château, et devrait être diffusé hors appellation, dans la catégorie des « vins de France ».

Crédits Photos : Ludovic Letot - Domaine National de Chambord

COMMENTAIRE
Le Guide Hachette des Rosés 2016-17 est en ligne
Côtes-de-Gascogne en fête : le nouveau visage des vins moelleux
NEWSLETTER
RECEVOIR :
les meilleurs vins du moment, les bons plans Hachette Vins et l'actualité du vin...
Un mot du vin
Un mot du vin
LE CLUB DES AMATEURS DE VINS
Action de couper le bout des rameaux de vigne en fin de végétation.