Nouveau !  Vous nous consultez pour trouver le bon vin - bientôt vous pourrez acheter les vins du Guide Hachette directement auprès du producteur

Paroles de coup de coeur : Caroline Noël-Barroux, château Barrabaque à Fronsac

Publié le 01-01-2014
Fronsac, canon-fronsac, les connaisseurs savent que dans ces appellations du Libournais se nichent d’excellentes affaires, de très bons vins à prix encore doux. Rencontre avec une des références de cette région, à l’occasion de la remise de la Grappe d’argent du Guide (coup de cœur deux étoiles), décernée au Château Barrabaque pour son canon-fronsac Prestige 2006.

Barrabaque ? Un « vin de femmes ». Le grand-père ch’ti, brasseur et négociant en vins à Pont-de-la-Deule, près de Lille, voulant posséder sa propre étiquette, avait acquis la propriété en 1936. Sa fille a pris sa suite pendant vingt ans, et Caroline le relais en 2004. « J’ai toujours voulu faire cela », précise-t-elle. « Je n’ai pas hésité longtemps à la disparition de ma mère. » De l’ambition et les moyens de l’ambition, la preuve brillante : licence de chimie à Darmstadt et maîtrise à Bordeaux, puis l’École supérieure d’agriculture à Angers, option viti-œno, avec le grade d’ingénieur, suivie de six années d’apprentissage comme maître de chai dans un cru classé de Saint-Émilion. Une vigneronne à la tête bien pleine, et une mère comblée de trois garçons, parfois débordée. « C’est un peu compliqué au moment des vendanges, pendant deux mois à 7 jours sur 7, à l’époque de la rentrée des classes. » Là, c’est son père qu’elle appelle en renfort pour veiller sur les enfants.

Une histoire de famille, aussi, le vin de Barrabaque. « La constance », dit Caroline Noël-Barroux. Elle suit le sillon. « Je continue ce qui a été fait, il n’y a pas de rupture. J’ai le même ressenti du terroir, la typicité reste la même. Je n’ai rien changé. » Le château est une valeur sûre et consacrée du Fronsadais, avec sept coups de cœur du Guide ces dernières années. « Mais c’est mon premier [coup de cœur obtenu] toute seule, auparavant je les partageais », souligne Caroline. Dans sa pratique, la parcelle est l’unité de mesure. Culture raisonnée, pas de traitement systématique mais un travail adapté à chaque parcelle selon la vigueur et la sensibilité aux maladies de celle-ci. Vendange et vinification parcellaire, « pour recueillir l’essence de chacune », dit-elle. Un élevage à 30 ou 40 % de barriques neuves seulement, selon les années, « pour préserver le fruit du raisin ». Le bois ? Un peu mais point trop, ce n’est pas le style de la maison. « On reviendra bientôt à des vins plus friands. Cette mode du bois passera », pense-t-elle. Le terroir et le fruit avant tout. « Il ne s’agit pas d’appliquer des recettes de cuisine. Je m’adapte en goûtant les cuves. » Toute une démarche résumée dans une formule : « Faire un vin qu’on ait plaisir à boire et pas seulement à déguster. » La cuvée Prestige, réservée à l’appellation canon-fronsac, assemble merlot à 80 % et cabernet franc à 20 %, élevés pendant dix-huit mois.

Les experts du Guide ont été séduits par le millésime 2006 : « Robe presque noire, très brillante. Bouquet intense de cerise noire, de torréfaction et d’épices. Tanins mûrs et élégants. Longue finale harmonieuse et racée. »
L’éloge rejaillit sur les fronsac et canon-fronsac, mais ces appellations sœurs manquent toujours de reconnaissance et de notoriété, dans l’ombre de leurs prestigieuses voisines pomerol et saint-émilion. « Il est parfois plus difficile de vendre du fronsac que du bordeaux », déplore Caroline Noël-Barroux. Elle se désole aussi du divorce entre fronsac et canon, mais se résigne : « Ma mère a œuvré longtemps à une fusion. Il faut maintenant aller de l’avant et ne pas revenir sur ces vieilles querelles. » Faire apprécier Barrabaque, c’est fait. L’imposer au devant de la scène, c’est sa résolution. Pour commencer, elle développe l’accueil au château, l’ouvre aux visites et aux dégustations et fera portes ouvertes deux fois par an. « Pour nous, c’est important et agréable, ces moments d’échange », dit-elle. Le deuxième souffle de Barrabaque.

Par wluret
COMMENTAIRE
Le Guide Hachette des Rosés 2016-17 est en ligne

ventes privées de vins

du GUIDE HACHETTE DES VINS

Côtes-de-Gascogne en fête : le nouveau visage des vins moelleux
NEWSLETTER
RECEVOIR :
les meilleurs vins du moment, les bons plans Hachette Vins et l'actualité du vin...
Un mot du vin
Un mot du vin
LE CLUB DES AMATEURS DE VINS
Cépage blanc à la base d'eaux-de-vie de grande qualité (cognac, armagnac), mais qui a largement régressé pour céder la place à l'ugni blanc après la crise phylloxérique. Il donne des vins légers en alcool et d'une bonne vivacité dans l'appellation gros-plant-du-pays-nantais. Syn. : gros plant.