Nouveau !  Vous nous consultez pour trouver le bon vin - bientôt vous pourrez acheter les vins du Guide Hachette directement auprès du producteur

L'étiquette d'un vin : décryptage et infos utiles

Publié le 17-06-2015
L'étiquette figurant sur la bouteille du vin, c'est à la fois sa carte de visite, son certificat d'authenticité, son passeport et son argumentaire publicitaire. Mais quelles informations réellement utiles nous livre-t-elle ? Quels sont les pièges à éviter ? Consulter l'étiquette d'un vin et savoir la décrypter, donne à l'acheteur de précieuses indications sur le style du vin qui se trouve dans la bouteille.

L'étiquette d'un vin : une complexité croissante 

De nombreuses bouteilles portent une étiquette unique, où figurent toutes les mentions obligatoires et facultatives. La contre-étiquette se répand néanmoins : il s’agit d’une seconde étiquette fixée de l’autre côté de la bouteille. Elle comporte des mentions facultatives : cépages, description et température de service du vin, accords gourmands....

Dans un nombre croissant de cas, l’étiquette la plus visible se limite à un dessin et à des mentions succinctes, une marque par exemple : les graphistes allègent l’étiquette et privilégient l’esthétique.

L’étiquette légale, placée   « au dos » de la bouteille, ressemble alors à une contre-étiquette. Elle n’en comprend pas moins toutes les mentions obligatoires et mérite une lecture attentive. 

Dans toutes ces mentions, il est important de faire le tri entre ce qui relève de la pure communication et ce qui est réellement informatif.

L'étiquette d'un vin : les informations délivrées par les mentions obligatoires 

Pour que le vin soit légalement mis en vente, les mentions suivantes doivent figurer sur son étiquette. Ces informations sont à plus d'un titre utiles à l'acheteur de vin.

Volume du contenant : une influence sur la garde du vin

Cette information est indiquée en bas de l'étiquette. Les contenances les plus répandues des bouteilles de vin sont : 75 cl pour la plupart des bouteilles de vins ; 1,5 l pour les magnums ; 37,5 cl pour les demi-bouteilles ; 50 cl pour certains vins doux. La contenance de la bouteille de vin a bien une influence sur la garde du vin : plus le format est grand, plus le vin évolue lentement au cours du temps. Le magnum est ainsi un format optimal pour la conservation du vin.

Degré d'alcool du vin : une indication de sa puissance 

Cette mention exprime le pourcentage d'alcool par rapport au volume total de liquide contenu dans la bouteille.

Le degré d'alcool d'un vin  est une première indication pour apprécier le style du vin ; à 11 % vol. ou moins, c’est un vin léger ; à 13 % vol. ou plus, c’est un vin corsé et plus chaleureux. Cependant, la perception du vin, loin de dépendre de ce seul facteur, est liée à son équilibre général, à l'harmonie entre douceur et sucré, acidité et tannins. 

Appellation, Vin de Pays, vin de France... : une indication d'origine

Par ordre croissant, le vin peut appartenir à la catégorie suivante : vin de table, vin de pays avec indication géographique protégée (IGP), vin d’appellation (AOC, appellation d’origine contrôlée). Cette mention informe ainsi sur la provenance du vin, sauf s’il s’agit d’un vin de table, dépourvu d’indication géographique. Elle est une première indication de qualité, car les vins d'appellation sont soumis à un cahier des charges strict. Les vins en IGP aussi, même si leurs normes de production sont plus souples que pour les appellations.

L'appartenance d'un vin à telle ou telle appellation donne également des informations sur le style de vins produits (consulter à ce sujet notre guide des régions et appellations) . 

Mis en bouteille à la propriété : une garantie de provenance, pas de qualité.

La mention mis en bouteille au chateau, au domaine, à la propriété, indique que le vin a été mis en bouteille sur le lieu de son élaboration. C'est la règle pour les chateaux réputés.

Mais là encore, prudence : la garantie de la provenance du vin n'est pas toujours une garantie de qualité. 

"Contient des sulfites": une mention sanitaire destinée aux personnes sensibles.

La réglementation européenne a fait ajouter la mention « contient des sulfites »  au delà 10 mg/l de soufre. Ce cas est fréquent, sauf pour les vins naturels : le soufre est un antiseptique et un antioxydant utilisé de longue date par les producteurs de vin. Tous les vins en contiennent un peu car du soufre est également produit en faible quantité pendant la fermentation.

A forte dose, le soufre amoindrit les arômes du vin. Allergène, il est à l'origine de maux de tête pour les personnes sensibles. Le seuil à ne pas dépasser imposé par la règlementation est cependant bien supérieur aux 10mg/l.

Moins sensibles à l'oxydation que les vins blancs grâce aux antioxydants naturellement présents dans la peau des raisins, les vins rouges contiennent souvent moins de soufre que les vins blancs.

Mentions destinées aux femmes enceintes : un principe de précaution à respecter.

Les pouvoirs publics français imposent depuis 2007 une mise en garde à l’adresse des femmes enceintes. La consommation d'alcool pendant la grossesse est en effet fortement déconseillée en raison des conséquences qu'elle peut avoir sur le développement du foetus, l'alcool traversant la barrière du placenta librement et rapidement. 

L'étiquette du vin : mentions facultatives 

La marque et le domaine : des signes qualitatifs supplementaires

Certains producteurs préfèrent donner au vin une marque commerciale pour le personnaliser.  Le récoltant de vin peut également indiquer son propre nom (ou un nom familial, celui du fondateur par exemple) ou celui de son domaine. 

Les termes « château », « clos » et « cru », sont réservés aux vins d'appellations d’origine contrôlée, et doivent correspondre à une exploitation viticole ainsi dénommée. Ces termes viennent s'ajouter aux signes officiels de qualité. 

Le millésime du vin : une indication des perspectives de garde du vin

La mention de l'année de vendange du raisin, facultative, s'est néanmoins généralisée, car cette mention est fort utile : elle permet d’évaluer l'âge d'un vin et ses perspectives de garde, en fonction de la cotation régionale des millésimes. Cependant, de nombreux champagnes et crémants ne sont pas millésimés, de même que certains vins doux naturels ou de liqueur : ils assemblent plusieurs années.

Dans l’Union européenne, cette mention sur l'étiquette du vin impliquait il y a encore quelques années que le vin était issu à 100 % du millésime indiqué, mais l’Europe s’est alignée sur la règle en vigueur dans certains pays tiers, qui tolère une proportion de 15 % d’une autre année. Un pas vers la standardisation ? Ou un gage de régularité ? L’Union Européenne autorise également la mention du millésime sur l’étiquette des vins de France sans indication géographique, alors que ces vins peuvent associer des vins de régions variées, aux conditions climatiques différentes...

Le cépage du vin : un indice sur le goût du vin, apprécié à l'export.

Les vins nés d'un même cépage ont des caractéristiques gustatives communes. Le sauvignon, par exemple, produit des vins aromatiques. Mais attention aux généralités : en fonction du terroir où il pousse et du climat, le chardonnay peut donner des vins très différents.

Comme pour le millésime, l’Union européenne a adopté la règle des « 85/15 » : elle permet désormais d’indiquer le nom du cépage, même si 15 % du vin provient d’une autre variété. La mention du cépage sur l’étiquette des vins de table sans indication géographique est également autorisée pour les personnaliser et les rendre plus attractifs.

Dans certaines appellations, la mention du cépage tend à se répandre pour favoriser l’exportation, car les nouveaux pays consommateurs identifient les vins par le cépage plus que par l’origine.

Etiquette du vin et communication : les mentions publicitaires

Certaines mentions relèvent du pur marketing. « Vieilles Vignes » ? Elles donnent certes de meilleurs vins, mais la dénomination n’est pas réglementée. Pour qu’elle soit vieille, la vigne devrait avoir plus de quarante ans.

« Cuvée Prestige » ? Il pourrait vous arriver de préférer la cuvée classique, moins chère. Ces noms de cuvée permettent d’identifier le vin. Si votre guide d’achat a goûté et bien noté la cuvée Prestige, par exemple, rien ne dit qu’une autre cuvée aura les mêmes qualités.

Enfin, tout ce qui n’est pas interdit restant permis, on voit apparaître beaucoup de littérature sur les contre-étiquettes. Parfois informative, elle peut également relever de la pure communication, lorsqu’elle décrit avec trop de complaisance les qualités du vigneron ou la bienveillance du microclimat. 

COMMENTAIRE
Le Guide Hachette des Rosés 2016-17 est en ligne

ventes privées de vins

du GUIDE HACHETTE DES VINS

Côtes-de-Gascogne en fête : le nouveau visage des vins moelleux
NEWSLETTER
RECEVOIR :
les meilleurs vins du moment, les bons plans Hachette Vins et l'actualité du vin...
Un mot du vin
Un mot du vin
LE CLUB DES AMATEURS DE VINS
Voir piquepoul.